Madagascar, l'Île Continent
<%letter%>

cliquer ici pour une écoute en continue


Menu

|


NM Médical, distribution de matériel médical
Qui suis-je ?
Livre d'or

Rubriques

1. ACCUEIL
2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
2006 FORT DAUPHIN TULEAR ISALO TANA
2006 TAMATAVE MANANARA TANA FIANARANTSOA
2007 DIEGO MAJUNGA MANTASOA ANKANIN NOFY
2007 TAMATAVE FOULPOINTE MAHAMBO
2008 TAMATAVE SAINTE MARIE MANOMPANA
2008 TAMATAVE VATOMANDRY MAHANORO
2009 2011 MAHAMBO (en construction)
Actions Projets pour Mada
Conseils et Bons plans
Coups de Coeur
Cyclones
Decouverte du pays Videos
Diaporama
Faune et Flore
Histoire de Madagascar
Livres Contes
Musique Culture Films
Personnalites malgaches
Peuples et Coutumes
Sante et conseils

Mes voyages

Afrique du Sud
Swaziland
Ile Maurice (à venir)
Ile de la Réunion

Avant de Partir

Office de Tourisme
Parcs Nationaux
Go to Mada
Tourisme Toamasina
Tourisme Fort-Dauphin
Tourisme Tuléar
Tourisme Diégo
Tourisme Nosy be
Tourisme Ile Sainte-Marie
Tourisme Antsirabe et les hautes terres
Tourisme Antananarivo
Tourisme Morondava
Tourisme Alaotra-Mangoro
Canal des Pangalanes
Cours de malgache
Météo à Mada
Banque Centrale
Billets d'avion
Boutique Multimédia
Train Madagascar
Chauffeur guide
Infos tourisme
Histoire de Madagascar
Alliance Française
Madagascar le guide


Forums et Guides

Voyages et Partages
Madaland
Lonely planet
Voyage forum
e-voyageur
Le routard
Le voyageur

Actualités

actumada
Sobika
L'express de Madagascar
Madagascar Tribune
Les nouvelles
Actualités-MadaPlus
La vérité
Mada.pro
Info premier Mada
la tribune de Diégo
no comment

Blogs

Carnets de vadrouilleurs
mon rêve malgache
les Zazakel de Madame Gascar
Les Marmots à Mada
Vanila sy Cacao
Madascope
Eric's trips
activité culturelle malgache
Madagascar et le Grand Sud
Avertem 2009
Avertem 2010
Madagascar la belle
L'Odyssée de Tattum
Mada ma passion
Madagascar, terres de cultures
Spiruline Antenna Malnutrition
Bouge ton île Sainte-Marie
PositiveMada
Plongées Tuléar

Associations

Avertem
Madamoramora
L'Homme et l'Evironnement
tsinjo menabe
PREV'ACT
Les jardins de Lumière
La forêt d'Ambodiriana
Le village de la joie
Association ASA
Solmada
ACP-Artémisia contre paludisme
Urgence Palu
Fanevanoo
Marmaille la case
Ong-Oh-Madagascar
Amadea
Coeur et Conscience
Les enfants du Soleil
Akamasoa
Fazasoma
Malagasy35
Domino Madagascar
Ambeoka
sourire-aimer
Aïna Enfance et Avenir
SPV-FELANA
Rayons de lumière

NON et STOP au tourisme pédophile




Météo Tamatave


Click for Tamatave, Madagascar Forecast





 :  



Cliquez pour visiter 123madagascar, annuaire et moteur de recherché dédié à Madagascar

Mes albums

De Tamatave à Sainte-Marie


Carnet de Route n°1




En octobre 2005 nous avons décidé de faire découvrir à notre dernière fille Alicia le pays de naissance de son père, de sa grand-mère et de ses arrières-grands-parents. Je veux parler de Madagascar et en particulier de la Région Est, appelée aussi,
 
LA COTE DU PALISSANDRE.




La Côte du Palissandre s'étire du sud d'Antsiranana (Diego Suarez) à Mahanoro sur le versant oriental de Madagascar. C'est la région la plus arrosée et la plus verte de l'ile, et sa forêt est synonyme de richesse intarissable dans l'imagerie populaire.
 
Toamasina (Tamatave) premier port de l'île est fier de son front de mer, bien qu'au fil des ans les cyclones et l'ensablement lui font perdre de sa beauté. Son port embaume des épices stockées dans les entrepôts des petites rues adjacentes. On y passe sans transition des larges avenues ombragées de palmes et de flamboyants aux quartiers traditionnels, ou aux "îlots" de vieilles bâtisses coloniales malheureusement décrépies et pas entretenues.
 
 


Du port fluvial de Manangareza pirogues et chalands font cap au sud pour la descente du Canal des Pangalanes navigable jusqu'à Mananjary. Des croisières touristiques confortables sont organisées jusqu'à Akanin'ny Nofy et Manambato à environ deux heures de navigation.
Akanin'ny Nofy est un nid de rêve avec ses plages désertes, ses villages traditionnels, ses possibilités de randonnée, et sa Réserve Privée du Palmarium. Tout aussi idyllique est Manambato,le lac, ses goélands, ses légendes.




Vers le nord de Tamatave, Foulpointe et son lagon aux eaux turquoises est la station balnéaire préférée des tamataviens. Mahambo fera la joie des surfeurs, des plongeurs en apnée, et des randonneurs en forêt. Fénérive pour sa part est un centre agricole important avec ses plantations à perte de vue de caféiers, de letchis et de girofliers.



Manompana, un charmant petit village, niché au coeur d'une magnifique baie,
la baie de Tintingue est absolument paradisiaque.
Sa forêt et sa cascade méritent vraiment le détour.



La Baie d'Antongil , domaine privilégié de la forêt ombrophile de l'Est, est un véritable sanctuaire de la nature abritant de nombreuses espèces endémiques. C'est la plus vaste aire protégée de Madagascar, celle de Masoala composée du Parc Terrestre du Cap Est , de 3 parcs marins et de la Réserve Spéciale de Nosy Mangabe .



La région de la Baie d'Antongil au sud de Diego Suarez. est une des régions les plus riches de l'île : capitale mondiale de la vanille, une orchidée qui exige d'être pollinisée à la main. On y a redécouvert le Takhtajania, une plante qui existait déjà il y a 120 millions d'années.

Sainte Marie (Nosy Boraha), l'île-jardin. est le joyau de la Côte du Palissandre. Les flibustiers y ont écrit plusieurs pages d'une histoire mouvementée. Les observateurs des baleines à bosse de l'Antarctique s'y donnent rendez-vous de Juin à Septembre pour un spectacle de chorégraphie aquatique tout simplement féerique.



Juste à côté l'Ile aux nattes petit coin de Paradis !!!!

 
 



Publié à 11:58 le 3.05.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (10) | Ajouter un commentaire | Lien

Le départ !!


Samedi 8 octobre 2005


Voilà, le grand jour du départ est enfin arrivé, et en plus sans le faire exprés c'est le jour de mon anniversaire. Cela ne pouvait pas mieux tomber !!!!!

Notre avion décolle à midi de l'aéroport Roland Garros de Saint-Denis de la Réunion. Mais pas de perte de temps, debout à 5h car nous avons 1h30 de route pour rejoindre l'aéroport. Nous décidons de prendre la route de l'Est ( la route du volcan pour ceux qui connaissent !) ainsi nous laisserons la voiture chez notre fils à Sainte-Marie.


A 10h nous arrivons à l'aéroport, quelques personnes sont déjà en attente d'enregistrement, nous en reconnaissons quelques unes. En effet une délégation du lycée St Charles de St Pierre où Alicia a passé 2 ans se rend à Tamatave. Le directeur de ce lycée est un zanatany (français natif de Mada) de Tamatave et
mène de nombreuses actions en faveur du peuple malgache.
Bien sûr on la reconnaît et la discussion s'engage !!!


L'enregistrement est trés rapide, cela nous change des vols internationaux grand courrier avec leur file d'attente interminable. Puis nous nous rendons en salle d'embarquement pour patienter et acheter les derniers petits cadeaux pour la famille.
L'avion d'Air Austral est plein, pas une place de libre. Le vol se déroule trés agréablement et surtout trés rapidement. A peine le temps de prendre un collation et de remplir les formulaires de passage en douane
que le commandant de bord amorce sa descente sur Tamatave.



Alicia est scotchée au hublot ! Madagascar s'offre à nous. On aperçoit la plage, cette ligne blanche interminable entre terre et mer.



Puis nous découvrons le canal des Pangalanes et ses eaux calmes,
l'Ile aux prunes et son récif de corail.



Et dire qu'elle ne voulait pas venir. Ces jeunes !!!!
C'est sûr qu'à 15 ans les vacances avec Papa et Maman c'est pas top !!
Mais bon, je n'ai pas cédé, et je suis intimement convaincu qu'en fin de compte elle va rentrer enchantée.




Le vol a duré environ 1h 30 d'heure. Nous descendons de l'avion, il est 12h 20 heure locale (-1 heure Réunion et -2 heure France en heure d'hiver).



Nous nous hâtons pour arriver parmi les premiers afin de remplir les demandes de visas et acheter les timbres.
C'est un peu la cohue !!!!
En fin de compte on sort parmi les derniers.
J'arrive à récupérer mes timbres (3X 6 timbres) d'une valeur de 150 000 FMG soit 30 000 ariary ce qui nous fait 45 € (3 X15 €) suivant le cours du jour.
Le paiement des timbres se fait en euros.
Puis nous attendons patiemment notre tour, et goûtons de nouveau avec joie ...enfin c'est vite dit, au fameux Mora Mora (doucement, doucement) malgach
e.



Au guichet, deux douanières nous attendent, je tends à la première nos passeports et les timbres. Elles nous demandent la durée de notre séjour. Ce sera 15 jours pour cette fois. Ensuite délicatement, elle commence à détacher un à un les timbres....puis consciencieusement les colle ....un à un en s'appliquant pour qu'ils soient tous bien alignés. Ensuite la deuxième tamponne avec toujours autant d'application. Puis elle va faire vérifier le passeport auprés d'une tierce personne avant de me le redonner.

Enfin tout c'est bien passé, cela n'a pris que 20 mn mais enfin c'est les vacances !!!! et j'ai de jolies timbres et de beaux tampons.
Bon, maintenant il va falloir s'attaquer à la récupération des bagages et surtout la fouille des bagages. Là çà risque d'être une autre histoire. L'aéroport grouille de monde, des voyageurs bien sûr, les familles, les porteurs qui proposent de vous aider, les chauffeurs de taxi et naturellement les douaniers. Nous décidons de prendre un porteur, ils sont reconnaissables à leur casaque rouge, et nos bagages sont rapidement installés pour le passage en règle de la fouille. Mais curieusement tout se passe bien, les sacs sont entièrement fouillés, pas de demande de backchichs de leur part. Juste quelques questions concernant les médicaments en quantité importante et.....deux bouteilles de Bordeaux. Tout se passe avec le sourire et je ne ressents pas ce malaise et cette pression que j'avais eu à un voyage précédent.

Suis-je tombée sur un douanier sympa ?
Y aurait-il une réelle évolution dans le bon sens ? je l'espère.



Nous repartons avec de jolies croix roses sur nos sacs attestant de la vérification. Du coup, j'en ai oublié Alicia !!! C'est moi qui ait son passeport.

Et bien Mademoiselle est déjà à l'extérieur, allez savoir comment ? son sac n'a pas été vérifié et elle est sortie sans présenter son passeport !!!! et nous attend tranquillement avec son oncle, le frère de mon mari venu nous chercher.

Nous les rejoignons,
et bien sûr devons représenter nos passeports avant de pouvoir sortir !!!!
Aprés les retrouvailles, direction la maison qui se trouve dans la quartier de "Tahiti kely". Nous ne connaissons pas sa maison, la dernière fois que nous sommes venus, il habitait en ville. La circulation en ville est difficile, d'abord à cause de l'état de la route qui ne s'est guère améliorée depuis notre dernier passage mais surtout par le nombre important de pousse-pousses, charettes, bicyclettes, scooters, carrioles, taxis, 4x4.




La conduite est délicate, les voitures doivent faire des gymkanas pour éviter tout ce monde et les piétons qui circulent en toute insoucience.
Nous resterons 2 journées sur Tamatave. Nous retrouvons la famille que nous n'avons pas vu depuis des années, nous faisons connaisssance avec nos petits neveux que nous ne connaissions pas. Alicia est trés contente de découvrir de nouveaux petits cousins. Certains ont fait le déplacement de Tananarive et mon neveu a du entreprendre une véritable expédition de 3 jours depuis Majunga pour rejoindre Tamatave.
Ces journées de retrouvailles sont trés chaleureuses.




Nous profitons pour visiter la ville qui fut l'une des plus belles villes de Madagascar, la plus moderne. J'ai bien dit "était, malheureusement !!!!!"

La légende Malgache raconte qu'en 1817 Radama 1er, descendu des plateaux de l'Imerina sur la Côte, aperçut la mer pour la première fois, intrigué, il en porta une gorgée à ses lèvres et la rejeta vivement en criant : "TOA MASINA" (c'est salé).
Malheureusement, Toamasina (Tamatave) a perdu de son lustre d'antan. Les routes et les batisses sont mal entretenues. Certains diront que le gouvernement actuel ne fait rien pour cette ville car c'était le fief de l'ancien président. Je ne porte pas de jugement. Mais tout cela est bien dommage. Peut-être qu'un jour ......................




Les pousse--pousses, rouges et verts, bleus et jaunes sont trés nombreux, c'est un mode de locomotion trés courant à Tamatave.



Tamatave reste pourtant une jolie ville et le plus grand port de Madagascar. Cette ville est trés cosmopolite. Les commerçants de toutes les régions de Madagascar s'y sont installés, Betsimsaraka, Merina, Sakalava....On y retrouve aussi l'une des plus importantes communautés chinoise de la Grande Ile.......les soupes chinoises sont les meilleures de l'Île.
De trés jolies plages bordent la ville mais la mer est infestée de requins surtout vers le port à cause des abattoirs. Donc pour la baignade, nous irons un peu plus au nord !!!





Publié à 10:04 le 2.05.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Mahambo


Dimanche 10 octobre 2005


Aujourd'hui, nous prenons la direction de Mahambo, qui se trouve au nord de Tamatave à environ 80 kms.epuis notre départ, il fait un temps superbe.
Le climat de cette région est chaud et humide. Il pleut généralement en toutes saisons, mais on n'enregistre pas de grosses pluies d'août à novembre. Personnellement octobre et novembre sont les deux mois que je conseille pour circuler dans la région. Durant ce séjour nous n'aurons aucun jour de pluie et une température idéale. Par contre il faut signaler que cette région est trés exposée aux cyclones ( saison cyclonique : fin novembre à avril).
Je n'avais rien prévu pour le transfert depuis la Réunion .pour nous rendre à Mahambo. Je m'étais dit que l'on verrait sur place, depuis Tamatave on trouve facilement un taxi ou un taxi-brousse. Mais là le hasard fit bien les choses.
Sans le savoir,
le propriétaire de l'hôtel où nous allons se trouve être un ami du cousin .........!!!
Son véhicule étant en panne, le cousin doit lui faire parvenir la pièce défectueuse . Du coup, nous profitons du voyage.




Nous quittons Tamatave, direction le nord, la route longe l'aéroport puis la lagune que l'on franchit. On passe le village d'Ambodiantafana et on longe ensuite la côte qui est vraiment magnifique jusqu'à Anosibe puis on s'en éloigne pour atteindre Foulpointe (Mahavelona). nous y passerons quelques jours au retour de Sainte-Marie.



Au delà de Foulpointe, la route franchit l'Onibe et nous atteignons Mahambo, un endroit vraiment paradisiaque, face à la mer,
avec une plage magnifique trés sûre protégée par son lagon.
 


La route est vraiment bonne par rapport à notre dernier voyage et il n'y a plus de bac à franchir, juste un pont folttant. C'est un peu moins l'aventure mais à l'époque nous avions bien cru que l'on allait passer la nuit sur le bac,
il s'était empallé au milieu de l'eau sur un piquet.



J'avais réservé par internet à l'hôtel "La Pirogue", ouvert depuis 2001. C'est un ensemble de bungalows trés confortables dissimulé entre plage et végétation. L'acceuil est charmant. Le patron est un vazaha qui en ne vient que de façon ponctuelle pour la gestion de l'entreprise. C'est un couple de malgache qui gère le quotidien entouré d'une équipe de personnel malgache trés sympa.



Le village est complètement intégré au complexe. Ce point m'a séduit et du reste c'est l'endroit qui nous a le plus plu de tout notre séjour.



Le matin, trés tôt, il fait encore nuit, les pêcheurs embarquent sur leurs pirogues toutes bien alignées sur la plage.



Puis vient le retour de la pêche qui est un moment où nous avons pu avoir un contact avec la population que j'ai beaucoup apprécié.



Les femmes arrivent avec leurs fruits à vendre.



Les enfants sont à l'école mais nous les retrouvons aprés les cours avec leurs coquillages et leurs colliers de graines qu'ils veulent nous vendre et que nous achètons bien sûr.



Cet endroit, je sais que j'y reviendrai, nous n'avons qu'un seul regret c'est de n'y être pas resté plus longtemps.
L'endroit est calme et serein, on vit au rythme de la nature car Mahambo n'est pas électrifiée. La lumière électrique est fournie par un groupe électrogène (que nous n'avons pas trouvé car il ne faisait pas de bruit) et n'est disponible que de 18h à 21h30.




Ces trois journées passées à Mahambo vont se passer paisiblement entre plage, farniente, ballade à pieds, en pirogue et rencontres avec les gens du village. Le chef du village nous proposera même d'acheter un terrain. C'était bien tentant mais que de tracasseries en perspective !!!!..... Pas du tout envie!!! mais je dois dire que vu le cadre..................................



Nous avons même été adoptés par un chien du village, je suppose, il ne nous quitte pas d'une semelle de tout le séjour et la nuit monte la garde devant le bungalow. Nous avons été bien triste de le laisser.



Pour finir sur notre petit séjour à Mahambo, un petit mot sur la nourriture : un seul mot EXCELLENT. Allez, je vais commencer par les entrées ( salade de palmistes, beignets de crevettes) plats (filet de posson sauce crevettes, filet de poisson grillé, poisson coco, steak de zébu au poivre vert, brochettes de zébu, de poissons) et pour finir desserts (bananes au chocolat, crèpes au chocolat).
Pour résumé, nous avons passé 2 nuits, pris 3 petits-déjeuners, 2 déjeuners et 2 dîners et quelques petits à côté (apéro, thé, eau...) nous avons payé 300 000 ariary soit 115 € pour 3 personnes.(+76€ d'acompte) soit un total de 191 €.


Publié à 03:35 le 30.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

Embarquement à Soanirana Ivongo

Mercredi 12 octobre 2005

Aujourd'hui mercredi nous prenons la direction de l'Ile Sainte Marie. Nous devons rejoindre le village de Soanierana Ivongo afin d'y prendre le bateau. Nous avons rendez-vous à 11h au ponton d'embarquement. La réservation a été faite par internet. Nous embarquerons sur le Cap Sainte-Marie, un nouveau bateau sécurisé, mis en service au mois de juillet. Le nombre de places étant limité à 30 passagers, il faut absolument réserver à l'avance. Le paiement se fait le jour de l'embarquement, possibilité de payer en euros, 20 € l'aller et 20 € le retour. Pour aujourd'hui ce sera 60 € pour nous 3.



Il faut compter une heure de traversée.
Je n'ai rien prévu pour le transfert, et je suis un peu inquiète. Je pensais qu'à l'hôtel, les transferts devaient être courants. Et bien, non ...!!!!
Mon beau-frère m'avait bien prévenu en me disant qu'ici j'étais à Mada !!!!

Bref on finit par trouver la solution. Le frère du gérant vient nous chercher au volant d'une 4 l qui .............................doit avoir pas mal de kilomètres au compteur. Enfin l'important c'est d'y arriver !!!! enfin je l'espère......

A 7 heures, aprés un bon petit déjeuner et les adieux à l'équipe, nous embarquons dans notre super Taxi. Nous mettrons pratiquement deux heures pour faire 80 km !!!!! Mais nous y
sommes arrivés. Ce qui au départ n'était pas gagné d'avance. Ce fut épique.

La route est impéccable, pas de nids de zébus même pas de poules.!!!! Par contre la voiture tire dangeureusement à gauche, dans les descentes notre chauffeur coupe le moteur puis remet les gaz dans les montées. On a eu envie par moment de la pousser pour l'aider. Mais le meilleur, je l'apprends plus tard car je n'ai rien remarqué.



C'est mon mari qui me raconte plus tard et là je comprends pourquoi au-dessous du rétroviseur il y avait panneau interdiction de fumer.
Attiré par une odeur d'essence, il finit par se rendre compte que la voiture est alimentée en carburant de manière bien particulière. En fait le réservoir ne sert à rien, une bouteille en plastique remplit d'essence se trouve entre les deux sièges avant et un tuyau alimente directement le moteur. Incroyable, du jamais vu !!!!
Nous arrivons à bon port........ et en fin de compte le voyage fut bien agréable, nous venons de traverser une belle région avec la mer d'un côté et une végétation luxuriante de l'autre.
Nous quittons notre chauffeur qui malgré son auto toute déglinguée a été trés charmant. Il s'empresse de nous donner son numéro pour le retour. Nous le prenons mais je crois que pour le retour nous testerons le taxi-brousse.




Pour arriver au débarcadère, nous déambulons dans une rue bordée d'étals de toute sorte à gauche à droite. Le sol est tout caillasseux et sale. Il faut vraiment faire attention où l'on pose ses pieds. Alicia rale car elle est en sandales et veux mettre ses baskets. Il y a beaucoup de monde, plusieurs bâteaux sont en train de charger car les traversées se font le matin, l'aprés midi généralement la mer est plus remuante.



Un conseil ne jamais faire la traversée si la mer est démontée. C'est vraiment trés dangereux et il y a régulièrement des accidents.
Nous nous rendons au comptoir du Cap Sainte Marie, nos bagages sont pris en charge et un agent nous informe qu'il faut aller à la gendarmerie de l'autre côté de la rue. Là un policier relève nos noms et prénoms et nous demande les noms de nos parents ??!!! et inscrit toutes ces données dans un cahier.
Bon !! les mystères de l'administration.
 
Puis nous allons nous trouver une petite place à l'ombre de préférence car çà tape dur pour patienter jusqu'au départ.



Au bout d'une bonne heure d'attente, nous commençons à embarquer. Le bateau est plein, nous devons être une bonne trentaine. Nous devons enfiler le gilet de sauvetage, obligatoire. Je ne me fais pas prier !!!
Bon la mer est calme aujourd'hui cela devrait bien se passer.




Publié à 10:20 le 30.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Arrivée !!!






Sainte-Marie est une longue langue de terre de 60 km de long et de 6km de large, parallèle à la côte malgache dont elle est distante d'une quarantaine de kilomètres.
La traversée dure une bonne heure, sans souci, personne ne sera malade. Pour ma voisine, il est quand même tant qu'on arrive, elle fait une drôle de tête !!!! Estomacs fragiles s'abstenir!
Cette voie d'accès est toutefois vraiment très difficile par mauvais temps, notamment parce que Soanierana Ivongo se trouve à l'embouchure d'une rivière.


Nous arrivons à bon port, à Ambodifototra qui signifie "au pied de l'arbre appelé fototra".
 
 

A peine descendu, le comité d'accueil des chauffeurs de taxi et des rabatteurs des hôtels nous attend. Pour nous, l'hôtel a été réservé par internet,
il nous faut seulement trouver un taxi.
Le taxi choisi, nous voilà partis vers notre hôtel qui se trouve dans le sud de l'île où sont pratiquement regroupés tous les hôtels de l'Île.

Le trajet jusqu'à l'hôtel sera laborieux,
et permettra au chauffeur d'exercer son talent de "jongleur d'ornières".



La route est épouvantable, les vélos sont plus rapides, c'est pour dire !!!! Nous faisons 9km pour arriver jusqu'à notre hôtel, si nous n'avions pas les bagages, nous aurions été plus rapide à pied!!!!!



Enfin, une consolation, nous avons eu tout le temps d'admirer le paysage.

 
C'est vraiment beau.



Publié à 02:47 le 29.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

L'installation

Mercredi 12 Octobre

Au bout de 9 kms de route ...trés chaotique, nous arrivons à notre hôtel. J'ai réservé aux "Bungalows de Vohilava". C'est charmant, les bungalows sont construits en matériaux locaux (falafa et ravimpotsy) et s'intégrent magnifiquement dans cet environnement exceptionnel, face au lagon.
Nous y restons 6 nuits.


 
 
Comme il est bientôt 13 h, nous décidons d'aller manger puis ensuite installation, petite sieste et programmaton des sorties.
Pour se déplacer à Sainte-Marie on a le choix entre la marche, le vélo et le scooter. Bon il y a aussi la moto !!! mais vu l'état de la route, le scooter sera bien suffisant.


Jeudi 13 octobre

Debout de bonne heure aprés une nuit un peu agitée.
Faut dire que l'Ile n'est pas large et que tous les hötels sont face à la mer et à l'arrière se trouve l'unique route de l'Ile, il y a donc du passage. De plus notre bungalow se trouvait juste à côté du village, on a donc vécu au rythme du village et de la musique!!!
Bref, juste pour pour dire que c'était un peu bruyant.
Bon, aprés un bon petit -déjeuner, nous embarquons pour une journée ballade : au programme Ile aux sables, Ile aux Nattes. Départ à 7h retour à 17h.




Nous partons direction l'Ile aux sables, un petit ïlot de sable perdu au milieu de l'Océan.



Une île pour nous tout seul, un rêve !!!
Au programme, baignade et ramassage de coquillages.
Puis nous repartons vers l'Ile aux Nattes. Nous longeons la côte superbe avec une nature exubérante, un vrai régal.




Le temps est un peu couvert, heureusement car nous aurions eu du mal à supporter la chaleur sur la bateau. Les couleurs de la mer sont magnifiques, des tons changeants de vert et de bleu.



Le repas de midi est prévu dans une petite gargotte le Zanzibar.



Nous sommes attendus et le barbecue est déjà en place. Au menu brochettes de thon. Le cadre est trés joli et le personnel charmant.




Publié à 01:40 le 29.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

L'Ile aux Nattes

D'une beauté remarquable, avec ses rochers granitiques, ses plages sauvages de fin sable blanc et ses cocotiers penchés sur un lagon si turquoise qu'on le croirait teinté de peinture, l'île aux Nattes marque l'esprit de tous les robinsons
qui auront eu la chance de s'y rendre un jour.



Au fait savez-vous pourquoi on nomme l'Ile aux Nattes ?
Sur l'Ile aux nattes, les femmes ne portent pas de nattes... à la différence des palmiers qui eux, en ont . En effet, le palmier nattier ( nato) est un arbre qui abondait ici autrefois et dont le bois est si dur qu'il est difficile d'y planter un clou.
Aprés ce délicieux repas, arrosé bien sûr de l'inimitable THB, petite sieste à l'ombre des palmiers. Mais avant, nous allons faire des photos d'une orchidée endémique, c'est à dire qu'elle n'existe que sur l'Ile. C'est une des orchidées la plus rare du monde qui pousse ici : La Reine de Madagascar (Eulophiellia Roempleriana ) qui fleurit d'octobre à janvier.



Puis nous décidons d'aller explorer l'île.
C'est la Robinsonnade complète, on a l'impression d'être tout seul sur l'île. L'endroit est calme et serein, nous longeons de longues plages de sable fin.



L’île se visite en douceur au gré de ses sentiers pédestres. Rien de tel que de marcher pieds nus sur l’herbe et le sable, au soleil du matin, pour être en pleine forme pour la journée.
Une baignade s’impose pour se rafraîchir.




Puis nous empruntons un petit sentier au milieu d'une végétation luxuriante, parsemé de filaos, de pandanus et d'arbres à pain. C'est une marche trés agréable qui nous permet une immersion discrète dans de petits villages îliens.
Nous traversons le petit village d’Agniribe qui nous conduit jusqu’au phare Blévec où une halte salutaire est bien venue.




Le gardien du phare entretient le site, c'est un ancien militaire de l'armée malgache, il nous ouvre le phare et nous invite à y monter d'où nous avons une vue imprenable sur la barrière de corail.



Nous prenons ensuite la direction de l'extrême sud où se trouve un hôtel judicieusement appelé "les lémuriens". Une famille de lémuriens y vit en liberté. Nous allons à leur recherche et nous finissons par les trouver.



Voilà, une belle journée se termine, il nous faut rebrousser chemin pour rentrer sur Sainte-Marie. Nous remercions Alexandre notre piroguier qui nous a baladé toute la journée et nous a guidé dans notre excursion.
Grâce à lui nous avons passé une excellente journée.





Publié à 01:10 le 29.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

La Crique

Samedi 15 octobre

Une superbe journée s'annonce à nouveau.
Qu'il est agréable de prendre
son petit déjeuner ainsi au bord de l'Océan !!!!!

Aujourd'hui, nous décidons d'aller visiter le Nord de l'ïle. Nous avons entendu parler d'un endroit trés beau qui s'appelle la Crique. Il faut compter environ 25 km pour y aller, nous louons des scooters.





Nous ne regrettons pas car le contact avec la population s'est fait plus facilement que si nous avions pris un taxi.
Les gens adultes et enfants nous font des signes amicaux sur notre passage. C'est vraiment une journée agréable, ,nous traversons des paysages magnifiques.......mais qui, en fait avait bien mal commencé !!!!!!




Comme je vous l'explique plus haut, la piste est vraiment en piteux état !!!! avec des ornières énormes. Nous avions à peine fait quelques mètres, que mon mari a chuté et comme ma fille n'était pas loin, elle a chuté elle aussi !!!!
Nous voilà bien, même en vacances, je dois bosser. Donc demi-tour au bungalow pour soigner mes blessés et comme on n'est pas du genre à se laisser abattre, nous enfourchons nos scooters pour reprendre notre périple.




La suite de "l'épopée" se déroule sans encombre bien que parfois trés sportive à cause de l'état des routes, mais bon c'est çà l'aventure.
Nous déjeunons à l'hôtel de la Crique, le site est l'un des plus beau de l'île. Et la qualité de la baignade exceptionnelle. Bien qu'un peu éloigné de la ville, je pense que c'est à cet endroit que nous retournerons. Tranquilité assurée !!!!





La Crique
BP: 1 - Tél : (+261) 20 57 040 77 - Tél/Fax : (+261) 20 57 401 60
Tél mobile : (+261) 32 41 422 13.
E-mail :
lacrique@wanadoo.mg

Site web : http://www.lacrique.net


L'hôtel est intégré en bordure d'une petite crique avec une belle vue sur la Pointe de Larrée. Souvent complet, il est conseillé de réserver longtemps à l'avance surtout en haute saison. Bungalows pour 1 à 5 personnes.
 

 


 


Publié à 01:09 le 29.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Le cimetière des Pirates

Dimanche 16 Octobre 2006

Ce dimanche,
aprés nos péripéties en scooter,
nous décidons de louer des vélos.... moins dangereux....mais quand même douloureux pour les fesses.....on a perdu l'habitude !!!!!


Nous décidons d'aller visiter le fameux cimetière des Pirates.
le cimetière des Pirates ou cimetière Saint Pierre est chargé d’histoire … on y accède par le chemin Bayard, près de la digue sud à marée basse.




Sur l’île de Sainte Marie s’établirent
à la fin du XVI ème siècle des pirates célèbres
tels William Kidd, l'écossais, Thomas Tew, l'américain, Thomas White, l'anglais, La Buse, le français et David Williams, etc. …
qui attaquaient les galions chargés d’épices
et de trésors en provenance des Indes.

Au début du XVIIIe,
on dénombrait plus de 1 000 pirates à Sainte-Marie
et dans les localités de la côte.
Anglais, français, américains, des pirates
du monde entier posent leurs pénates sur Sainte-Marie.


Comme ce caporal La Bigorne qui,
en épousant la princesse Bety,
héritière de l'île et
déjà petite-fille d'un pirate anglais et de la fille d'un chef malgache,
céda Sainte-Marie à la France en 1750,
lui conférant un statut spécial qu'elle a gardé jusqu'au XXe siècle.
L'île aux Forbans et le cimetière des pirates sont les traces
encore palpables de ce passage.

A la tombée du jour les stèles rendent vie,
le temps d'une épitaphe à ceux qui ont foulé ce sol.

Pour en savoir plus sur les pirates et ceux de Sainte-Marie :

http://www.hsm.mg/pirates.htm






Bon, le cimetière en lui-même,
a mon humble avis ne présente pas un intérêt impérissable
mais c'est surtout la petite marche pour s'y rendre qui est chouette.
Les photos ci-dessus parlent d'elles-mêmes.

Sinon un petit conseil, la visite est payante.
Le prix n'est pas excessif, par contre,
attention de bien négocier le prix avec le guide avant de commencer la visite car nous n'étions pas au courant.
Le guide s'est imposé de lui-même et à la fin m'a réclamé un tarif.
Bon c'est surtout la pratique qui ne m'a pas plu mais je crois qu'il a bien compris qu'il ne fallait pas procéder de la sorte
s'il ne voulait pas faire fuir le touriste.


La matinée se déroule tranquillement et l'aprés-midi, aprés la sieste,
bien sûr....c'est les vacances tout de même !!!!!

nous décidons d'aller toujours à vélo jusqu'à la pointe sud de l'Ile Sainte-Marie.



A cet endroit se trouve la piste et le petit aérogare qui vient d'être agrandi et rénové,  ainsi que l'endroit de passage pour se rendre à l'Ile aux Nattes.



L'endroit est spendide,
l'eau d'une transparence incroyable,
une véritable invitation à la baignade.
Nous ne nous gênerons pas !!!!







Publié à 12:00 le 28.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Adieu Saint-Marie

Lundi 17 et Mardi 18 Octobre 2005

Les derniers jours sont consacrés à la farniente, lecture et écritures....
des cartes postales et à la baignade !!!!
sans oublier les fameux couchers de soleil inoubliables !!!!




Pour terminer
je vous communique le petit site de l'association
qui s'occupe de l'orphelinat d'Ambodifatra
mais aussi dans d'autres régions de Mada et du Monde




 

Voilà notre séjour à Saint-Marie s'achève mais pas les vacances !!!
Nous allons reprendre le bateau comme à l'aller.
La majorité des touristes prennent l'avion. Mais bon, il n'y avait plus de place et c'est plus marrant comme çà.
Aprés tout, c'est du dépaysement que l'on est venu chercher.
Alors l'aventure continue ..................


Mercredi 19 Octobre 2006

Debout 5h du mat', le véhicule de l'hôtel assure le transfert.
Hier soir les formalités de départ ont été faites.
Pour le petit déjeuner c'est un peu tôt, on déjeunera à Ambodifotra.
La boulangerie avait été repérée quelques jours avant !!
Nous apprécions une dernière fois cette route
en nous disant que peut-être
quand nous reviendrons elle sera bitumée !!
bon, j'en doute mais on peut rêver.



Le retour se fait sans encombre,
l'accostage est un peu plus délicat que le départ.
Mais à aucun moment, je ne me suis sentie en insécurité.
Cette nouvelle navette "le Cap Sainte-Marie" est vraiment trés bien
et pour un coût quand même inférieur à l'avion.
Par contre
cette traversée est vraiment à déconseiller
si la mer est démontée,
éviter la période de l'hiver austral.


http://www.cap-sainte-marie.com/horaires_tarifs.htm

Nous sommes attendus !!!
Un comité d'accueil impressionnant de rabatteurs nous saute assaille,
à peine sortie du bateau ils se sont jetés sur nous
pour vanter les mérites du taxi-brousse garé plus haut
qu'ils voulaient nous faire prendre.
Sans trop savoir comment,
nous nous sommes retrouvés devant notre taxi-brousse.
Bizarrement tous les Vazahas se sont retrouvés
dans le même taxi mais pas nous !!!!
et j'étais bien contente !!!
car moi je voulais de l'authentique et pas me retrouver entre touristes.

Et bien, nous avons été servis !!!
les poules sous le siège, de gros bidons
(vides heureusement mais énormes)
enfin tant qu'on peut, on fait rentrer.
Mais dans l'ensemble nous avons eu de la chance
car un taxi-brousse ne part que quand il est plein,
donc cela peut prendre un certain temps !!!!


Donc un conseil pour ceux qui voudraient voyager en taxi-brousse pour leur prochain séjour,
c'est bien, pas cher,
authentique mais "mora-mora"
c'est à dire faut pas être pressé, ni avoir un avion à prendre.



Et, nous voilà donc parti, musique à fond.
Quand je dit "parti' je veux surtout dire que l'on a démarré.
Car le départ c'est tout un poême !!!!
En plus du chauffeur, un rabatteur est resté dans le taxi
car il ne doit pas être assez rempli à son goût.
Et nous voilà reparti pour refaire deux ou trois fois le tour du village.

Et on se serre et on remplit. Bon là on peut plus !!!!



Nous sortons de la ville enfin,
et nous filons vers Foulpointe,
notre prochain arrêt pour les deux prochains jours.
Nous n'avions fait que quelques kilomètres et
voilà que la police nous arrête à nouveau.
Contrôle des papiers du taxi, un petit tour et nous voilà reparti.
La police nous fera le coup quatre fois sur le trajet.
Au début, je ne comprenais pas que ce soit
toujours nous qui étions controlés.
Puis j'ai fini par comprendre le manège.
Comme nous devions certainement être en surchage,
les policiers faisaient leur boulot,
ils nous arrêtaient, prenaient le livret du taxi
et
bizarrement ils allaient toujours à l'arrière du taxi
pour récupérer en toute discrétion le petit billet qui y était glissé.
Et voilà le tour est joué.
Le voyage se fait malgré tout sans encombre entre les arrêts pipi et les contrôles de police dans la joie et la bonne humeur !!!

Le problème c'est qu'arrivé à Foulpointe,
le taxi-brousse nous dépose sur le bord du chemin avec nos gros sacs
et nous ne savons pas trop comment rejoindre notre hôtel ?????
et d'aprés les renseignements pris ce n'est pas la porte à coté.
Et bien là
je peux vraiment vous dire
que la générosité malgache n'est pas un vain mot !!!!
Un monsieur, à qui nous avons demandé un renseignement, a arrêté un camion transportant des parpaings et
des ouvriers qui allaient dans la même direction,
nous a fait grimper dans le camion et nous a déposés devant l'hôtel.
Vraiment formidable.




Voilà les vacances se terminent
nous passerons nos derniers jours à Foulpointe
avec qu'une seule idée revenir trés vite !!!!






 
 
Mise à jour prochaine
avec de nouvelles photos  suite à un nouveau séjour fin 2008


Publié à 11:55 le 28.04.2007 dans 2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
Commentaires (7) | Ajouter un commentaire | Lien
Flux RSS.