Madagascar, l'Île Continent
<%letter%>

cliquer ici pour une écoute en continue


Menu

|


NM Médical, distribution de matériel médical
Qui suis-je ?
Livre d'or

Rubriques

1. ACCUEIL
2005 TAMATAVE SAINTE MARIE
2006 FORT DAUPHIN TULEAR ISALO TANA
2006 TAMATAVE MANANARA TANA FIANARANTSOA
2007 DIEGO MAJUNGA MANTASOA ANKANIN NOFY
2007 TAMATAVE FOULPOINTE MAHAMBO
2008 TAMATAVE SAINTE MARIE MANOMPANA
2008 TAMATAVE VATOMANDRY MAHANORO
2009 2011 MAHAMBO (en construction)
Actions Projets pour Mada
Conseils et Bons plans
Coups de Coeur
Cyclones
Decouverte du pays Videos
Diaporama
Faune et Flore
Histoire de Madagascar
Livres Contes
Musique Culture Films
Personnalites malgaches
Peuples et Coutumes
Sante et conseils

Mes voyages

Afrique du Sud
Swaziland
Ile Maurice (à venir)
Ile de la Réunion

Avant de Partir

Office de Tourisme
Parcs Nationaux
Go to Mada
Tourisme Toamasina
Tourisme Fort-Dauphin
Tourisme Tuléar
Tourisme Diégo
Tourisme Nosy be
Tourisme Ile Sainte-Marie
Tourisme Antsirabe et les hautes terres
Tourisme Antananarivo
Tourisme Morondava
Tourisme Alaotra-Mangoro
Canal des Pangalanes
Cours de malgache
Météo à Mada
Banque Centrale
Billets d'avion
Boutique Multimédia
Train Madagascar
Chauffeur guide
Infos tourisme
Histoire de Madagascar
Alliance Française
Madagascar le guide


Forums et Guides

Voyages et Partages
Madaland
Lonely planet
Voyage forum
e-voyageur
Le routard
Le voyageur

Actualités

actumada
Sobika
L'express de Madagascar
Madagascar Tribune
Les nouvelles
Actualités-MadaPlus
La vérité
Mada.pro
Info premier Mada
la tribune de Diégo
no comment

Blogs

Carnets de vadrouilleurs
mon rêve malgache
les Zazakel de Madame Gascar
Les Marmots à Mada
Vanila sy Cacao
Madascope
Eric's trips
activité culturelle malgache
Madagascar et le Grand Sud
Avertem 2009
Avertem 2010
Madagascar la belle
L'Odyssée de Tattum
Mada ma passion
Madagascar, terres de cultures
Spiruline Antenna Malnutrition
Bouge ton île Sainte-Marie
PositiveMada
Plongées Tuléar

Associations

Avertem
Madamoramora
L'Homme et l'Evironnement
tsinjo menabe
PREV'ACT
Les jardins de Lumière
La forêt d'Ambodiriana
Le village de la joie
Association ASA
Solmada
ACP-Artémisia contre paludisme
Urgence Palu
Fanevanoo
Marmaille la case
Ong-Oh-Madagascar
Amadea
Coeur et Conscience
Les enfants du Soleil
Akamasoa
Fazasoma
Malagasy35
Domino Madagascar
Ambeoka
sourire-aimer
Aïna Enfance et Avenir
SPV-FELANA
Rayons de lumière

NON et STOP au tourisme pédophile




Météo Tamatave


Click for Tamatave, Madagascar Forecast





 :  



Cliquez pour visiter 123madagascar, annuaire et moteur de recherché dédié à Madagascar

Mes albums

Conte et tradition orale

À Madagascar,

les légendes des anciens racontent l'histoire de l'île.

Les contes, "c'est l'héritage des oreilles"...

 

 

 

 

Les Angano ou contes font partie du trésor culturel malagasy,

c'est un patrimoine culturel.

Ils ont un pouvoir merveilleux et une vertu magique qui attire tous les enfants.

Leur réciter un conte étaient pour les parents

un des moyens de les éduquer et

de leurs transmettre des leçons.

Ainsi toute la famille

se réunissait habituellement après le repas du soir.

Nombreux sont les Contes que les Ancêtres (Razanas) ont laissés.

 

J'ai eu la chance, lors de mon dernier voyage à Madagascar,

de faire une trés belle rencontre.

J'ai rencontré un homme,

le Gardien de la Pointe Mahela, petit sanctuaire préservé de la côte Est de Madagascar

qui a eu l'idée lumineuse de mettre par écrit les contes de cette jolie Baie.

Je vous invite donc à un voyage à travers les contes et les légendes de la Baie de Tintingue, un périple entre le réel et l'imaginaire.

Une vision teintée d'humour et de tendresse qui prend le parti de la tradition orale pour raconter et découvrir la Culture Malgache.

 

Vous êtes bien installés ???
Alors écoutons la Gardien de la Pointe mahela et
en route pour les contes de la Baie de Tintingue.
Auteur Pascal Bouër

Tonga soa,

 

C’est par cette formule malgache de bienvenue que je vous invite à pénétrer le monde magique du pays des ancêtres.

Et plus particulièrement un petit coin de paradis situé à quelques encablures de l’île Sainte- Marie, la baie de Tintingue.

Mon grand-père, N’guéta Paul, dans son village de Manompana, était le détenteur des secrets des plantes qui guérissent.

Il était celui qui communique avec les Razanas, les esprits des personnes du clan qui continuent à vivre après leur mort auprès de Zanahary, le créateur.

Un créateur omniprésent, chaleureux et toujours enclin à pardonner à ses enfants leurs multiples erreurs et écarts de conduite.

N’guéta Paul connaissait aussi l’origine des Fadys,

les interdits qui jalonnent les rapports des gens entre-eux.

J’aimai aller le voir dans sa petite case de falafa et de ravimpotsy, qui sont les tiges et les feuilles du Ravinala, l’arbre du voyageur.

Il vivait simplement, entouré de quelques poules, attendant qu’on vienne le consulter.

Il jetait alors sur une natte des graines, polies par l’usage,

et indiquait ce qu’il convenait de faire ou ne pas faire.

Garant de l’unité du groupe il pouvait résoudre tous les conflits par des cérémonies sacrificatoires, avec lui rien qui ne soit insoluble.

Selon la gravité du problème l’animal expiatoire allait du poulet au zébu.

Je vous parle en connaissance de cause, car pour lever un fady dans ma famille cela me coûta deux zébus !

J’aimai aller le voir pour le faire parler, car c’était un conteur magnifique.

Après chaque visite, je me disais qu’il faudrait l’enregistrer, son âge avancé pouvant faire craindre que ses histoires ne disparaissent avec lui.

Car, si la vie est encore la même qu’il y a mille ans dans les petits villages de brousse,

les mentalités commencent à changer et

il n’avait, malheureusement, pas trouvé quelqu’un à qui transmettre son savoir.

 

Et, un jour j’appris la triste nouvelle, mon vieux grand-père préféré était parti rejoindre les Razanas de la tribu.

Un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle !

C’est pourquoi j’ai décidé de mettre par écrit, et de mémoire, les histoires qu’il me racontait.

Je vous demande d’être indulgents car je ne saurai retranscrire la mélodie de ses phrases ni le rythme de ses intonations,

mais j’ai fait tout mon possible pour que l’essence même des histoires soit intacte.

Je me suis peut-être permis quelques rajouts personnels, mais n’est-ce pas là le privilège du conteur !

Pour le plaisir de l’oreille il faut que je précise que le (o) se prononce (ou) en malgache et que la dernière syllabe est souvent élidée, ainsi Manompana doit s’entendre Manoumpane.

Kakolahy se prononce Kakoula.

Kakolahy veut dire grand-père en malgache,

alors laissons parler Kakolahy Paul !



Publié à 08:00 le 2.06.2008 dans Livres Contes
Ajouter un commentaire
Flux RSS.